Le Ministre Saoudien de l’Énergie Surveille les Producteurs de Pétrole Américains

producteurs

Selon Khalid al-Falih, ministre saoudien de l’Énergie, la baisse de production de l’OPEP stimule les prix bruts dans le Royaume. Comme l’Arabie saoudite va décider si elle veut étendre son engagement de réduction au-delà de cet été, le pays regarde de près le succès d’autres pays, comme par exemple les États-Unis.

Collectivement, les membres de l’OPEP représentent environ un tiers de la production mondiale de pétrole. Les membres de l’OPEP, en plus de nombreux pays non-membres, ont accepté en janvier 2017, de réduire leur production de pétrole de 1,2 million de barils par jour. La plupart des producteurs ont atteint leur objectif. Mais d’autres, comme la Russie, ont manqué la cible.

Dans ce contexte, Khalid al-Falih se penche sur le succès des producteurs de pétrole américains qui pompent le pétrole dans des formations de schistes. Selon les chiffres du Département américain de l’Énergie, la production américaine était d’environ 8,9 millions barils par jour en 2016 et devrait atteindre 9,7 millions de barils par jour en 2018.

En tant que plus grand producteur de pétrole au monde, l’Arabie saoudite est le pays dont la réduction de production est la plus importante. Comme le pays essaye activement de diversifier son économie dans le cadre du plan ambitieux Vision 2030, la nation a besoin d’un flux régulier de revenus afin de s’assurer que les programmes sociaux, parmi d’autres services proposés par le Royaume, soient financés. L’une des possibilités réside dans l’introduction en bourse de Saudi Aramco. Comme Khalid al-Falih l’a souligné, l’appel public intégrera mieux l’entreprise publique dans l’économie internationale.

Lire la suite sur Dallas Morning News.